26 Sep, 2020

En période de confinement, les services municipaux s’adaptent. Le point avec Patrice Le Nôtre, responsable du service Restauration Logistique et Scolaire à la Ville de Bihorel. Ses missions : gérer la cuisine centrale municipale, les réfectoires scolaires, et le service d’entretien des locaux municipaux.
(le 6 avril 2020)

Depuis le 16 mars, les équipements municipaux sont fermés. Comment s’organise votre service ?

PLN : Je gère une équipe de 37 personnes, qui pour la plupart sont en repos forcé depuis le début du confinement. Seuls trois agents travaillent par roulement de quatorze jours : un agent d’entretien en mairie, une ATSEM (ndlr. agent territorial spécialisé des écoles maternelles) et moi-même.

A l’hôtel de Ville (NB. Le site est fermé au public, mais chaque jour des agents municipaux y travaillent en effectifs réduits), l’agent assure le nettoyage, l’entretien, la décontamination et la désinfection du site.

L’ATSEM accueille, avec les enseignants, les enfants de soignants à l’école primaire René Coty (moins d’une dizaine) : actuellement des enseignants de niveaux maternelle, primaire et collège assurent les cours, à tour de rôle. L’ATSEM les assiste dans leurs missions et assure l’entretien des locaux.
De mon côté, je supervise la petite équipe, et je gère les repas du midi.

Actuellement, nous n’élaborons plus les repas en cuisine. Nous nous faisons livrer des plateaux repas. Je suis présent tôt le matin, puis pour le repas du midi, et ensuite je me charge de l’entretien du site.

L’arrêt de la cuisine centrale municipale a-t-elle généré beaucoup de pertes ?

PLN : Habituellement, la cuisine centrale est un site de production, où nous élaborons des plats à partir de produits bruts, pour l’essentiel. Nous avons la chance de travailler avec un prestataire qui est propriétaire des denrées. De ce fait, tant que les denrées ne sont pas consommées, nous avons la possibilité de les lui rendre. Ce que nous avons fait. Cela nous a permis d’éviter tout gaspillage.

Qu’en est-il de l’entretien (nettoyage) des bâtiments municipaux ?

PLN : Pour le moment, cette partie est à l’arrêt, exceptés sur les sites utilisés par nos services. Mais nous travaillons déjà sur le déconfinement : nous prévoyons de travailler 2 à 5 jours en amont pour remettre chaque site en état de propreté.

Qu’en est-il des dispositifs de protection des agents municipaux ?

PLN : J’avais commandé, il y a quelque temps, avant le confinement, des masques et solutions hydroalcooliques. Au début de la crise, l’ARS (Agence Régionale de la Santé) ne préconisait pas le port du masque. Aujourd’hui, les recommandations ont changé. Tous les agents municipaux ont à leur disposition des masques (deux plis) et des solutions hydroalcooliques. Bien sûr, cela ne dispense pas des gestes barrières, de la distanciation sociale d’un mètre, et d’un bon lavage de mains, qui sont des précautions essentielles.

Pas de commentaires

You must be logged in to post a comment.