21 Apr, 2021

“Beaucoup d’enfants sont victimes de violences, mais peu osent en parler. En mettant à disposition des boîtes aux lettres grâce à un partenariat avec l’association Les Papillons, nous espérons libérer la parole des enfants”, expose Amandine Zuliani, animatrice jeunesse à la Ville de Bihorel. “Car écrire est parfois plus facile que dire”.

Sont équipés 4 sites sur la commune (depuis le 16 mars 2021) :

  • le gymnase P. de Coubertin,
  • vestiaires foot,
  • la salle Emilie Le Pennec,
  • gymnase G. Hébert.

“Le dispositif vise d’abord les structures sportives. Nous avons essayé de trouver des endroits où les enfants pourront déposer leur courrier en toute tranquillité. Nous aimerions aussi en mettre une à l’accueil de loisirs par la suite”, indique Amandine Zuliani.

Tous types de violences peuvent y être signalées

Ces boîtes aux lettres sont destinées aux enfants de 6 à 18 ans.
Violences physiques, morales, sexuelles, harcèlement, racket ou toute autre forme de violence ou de maltraitance peuvent y être signalées.

Le dispositif s’accompagne d’une veille par une équipe qui relève et traite le courrier deux fois par semaine (lundi et jeudi).

En cas de danger grave et immédiat, l’association fait une information au département de la CRIP (cellule de recueil des informations préoccupantes).

D’après Karine Blache, responsable départementale de l’association, 2 enfants par classe subissent des violences sexuelles et 3 par classe du harcèlement. Et un enfant meurt tous les 4 jours sous les coups de ses parents.

L’association Les Papillons a été fondée par Laurent Boyet, ancienne victime, violé par son frère de ses 6 à 9 ans. Il a attendu 30 ans pour libérer sa parole. Lui est venue un jour l’idée des boîtes aux lettres papillons.
L’association a fourni 4 boites aux lettres à la commune qui ont été installées par les services techniques de la Ville.

Il est également possible de faire un signalement en ligne.

Plus d’infos :
www.associationlespapillons.org

Pas de commentaires

You must be logged in to post a comment.