21 Apr, 2021

A seulement 24 ans, ce Bihorellais a déjà changé de vie pour se tourner vers la nature. Récit…

Il y a quelques années, il débutait une carrière d’acteur. En 2013, le grand public le découvrait dans le film 16 ans ou presque. Aujourd’hui, le Bihorellais Victor George a quitté Paris et le monde du cinéma pour un autre projet de vie, plus proche de ses aspirations, loin des projecteurs. Il est maraîcher bio.

“En ville on mène une vie hors-sol”

“Je me suis rendu compte que cette vie-là ne me correspondait pas. Les seuls moments où je pouvais me ressourcer, c’est quand j’étais en contact avec la nature”, résume Victor. “En ville, on mène une vie hors-sol. Et ça, je ne le supportais pas”.

De retour en Normandie, le jeune homme passe un BTS agricole, puis une licence professionnelle en agronomie. Bientôt, il se passionne pour l’autonomie alimentaire des territoires :
“J’ai rencontré François Rouillay, le parrain du collectif les incroyables comestibles, lors d’une conférence donnée à Rouen. J’ai eu une vraie prise de conscience en apprenant qu’en cas de crise, privés de camions, on manquerait de nourriture en seulement trois jours. Une réflexion m’est venue autour de tout cela… Je suis désormais convaincu qu’il faut réintroduire l’agriculture en ville, plus que jamais dans la crise que nous traversons”.

“Mettre les mains dans la terre”

Victor se spécialise actuellement dans le maraichage bio sur sol vivant*. Le jeune homme est en mission de service civique pour l’association le Champ des possibles à Rouen, et a de nombreux projets en tête :
“J’espère, d’ici 2 ou 3 ans, m’installer en maraîchage bio, créer une exploitation où les gens pourraient venir cueillir fruits, légumes et fleurs. A court terme, j’ai très envie de mettre en place sur ma commune – celle où je vis depuis tout petit – un jardin partagé. Mais pour cela, il faut constituer un collectif” (lire par ailleurs).

“Mettre les mains dans la terre, ça fait un bien fou. Dans nos villes, on a perdu le contact avec la nature. J’aimerais ramener cela en ville”.

*L’idée du maraîchage sur sol vivant est de reconstituer dans les parcelles agricoles le cycle naturel de la fertilité des sols (source : www.rustica.fr)

Son interview vidéo

Pas de commentaires

You must be logged in to post a comment.