30 Nov, 2020

Le réseau de chaleur de la Petite Bouverie s’ouvre aux particuliers. Actuellement en cours de déploiement sur la commune de Bihorel, c’est un réseau de chauffage public, géré par la Métropole via l’entreprise Dalkia, en délégation de service public.
En pleine transition énergétique, le réseau de chaleur sera prochainement alimenté à plus de 85% en énergies renouvelables. On vous dit tout (Source Dalkia).

Créé dans les années 60, le réseau de chauffage urbain du nord de Rouen est en pleine mutation. Son réseau est en cours de déploiement à Bihorel et s’étend également sur les communes de Rouen, Bois-Guillaume et Darnétal.

Récemment, le réseau de chaleur de la Petite Bouverie a entamé une transition énergétique : avec la création de deux chaufferies biomasse, et la conversion vers des énergies renouvelables (à 85% à terme) : cela représente sur le projet une économie sur le projet de près de 27 000 tonnes de CO2 par an (l’équivalent du retrait de la circulation de 15 000 véhicules)

Relié, pour l’essentiel, à des équipements publics, le réseau s’ouvre aussi aux particuliers situés à proximité du tracé du réseau prévisionnel (dans la limite de 20 mètres du réseau).

Le dispositif présente des avantages techniques, environnementaux, mais aussi économiques : le prix de la chaleur pour les abonnés individuels est le même que pour les abonnés collectifs.

Pour vous assurer de votre éligibilité, connectez-vous sur :

https://www.reseau-petitebouverie.fr/le-nouveau- reseau-de-chaleur

Si vous êtes situé à plus de 20 mètres du réseau, deux possibilités :

  • Vous avez l’opportunité de fédérer votre voisinage pour augmenter la densité de consommation par mètre linéaire de réseau.
  • Vous réglez une majoration des coûts de raccordement en fonction des métrés supplémentaires aux 20 mètres forfaitaires.

Pourquoi avoir fixé ces critères pour un raccordement ?

« Conformément aux recommandations de l’ADEME (Agence De l’Environnement Et de la Maîtrise de l’Energie), nous nous devons de maintenir une densité énergétique suffisante pour garantir un coût de la chaleur économiquement pertinent et compétitif pour l’ensemble des abonnés », indique-t-on chez Dalkia.

« Les coûts d’un réseau de chaleur proviennent en grande partie du génie civil lié à la longueur des canalisations enterrées. Economiquement, une infrastructure de ce type s’optimise en mutualisant les travaux de voirie et se rentabilise d’autant plus vite que chaque mètre de canalisation est utilisé pour faire transiter un maximum de chaleur. L’indicateur densité énergétique (ou densité thermique linéaire), qui s’exprime en MWh d’énergie livrée par mètre de tranchée (MWh/ml) est une des caractéristiques de la viabilité d’un réseau de chaleur. Plus il est élevé, plus le réseau de chaleur gagne en efficacité technique, ainsi qu’en efficacité économique et financière.

Pour des densités énergétiques basses (cas d’un particulier seul et isolé), on constate de ce fait une baisse significative du rendement de distribution lié à l’augmentation des pertes thermiques des réseaux. Le critère clé est la densité énergétique imposée par l’ADEME, qui est fixée à 1.5 MWh/ml ».

Pour plus d’infos, contacter Paul Mauger (commercial Dalkia dédié aux particuliers) :

• mail paul.mauger@dalkia.fr
• téléphone : 06 28 01 88 32

Un espace modulaire de vente dédié aux particuliers est actuellement installé sur la place de la mairie de Darnétal.

Pas de commentaires

You must be logged in to post a comment.